Sans vous

 

Parfois,  je m’imagine un monde dans lequel vous n’êtes plus

Un monde sans rêve, sans ressource et sans but

Je pense à ce que je ressentirais  si vous partez

En me laissant seulement vide et esseulée

 

Je ne peux imaginer ce monde-là,

Ne pas y être, je l’espère de tout cœur

Sans vous pour exister, je ne serais jamais moi

Même mes souvenirs ne seraient être à la hauteur

 

C’est une vie que je devrai  un jour mener

Malgré les souffrances et les obligations

Je sais qu’un jour vous devrez me quitter

Même si j’en perdrai la raison

 

Publicités

Tu veux tout sans rien donner

Elle te donne tout ce qu’elle a. Elle s’assure toujours que tu te sentes bien, que tu ne manques de rien. Elle te console quand tu vas mal, elle t’écoute te plaindre quand tu pleures. Elle te donne des sous quand tu en as besoin. Elle te mène où tu veux, qu’il pleuve ou qu’il grêle. Elle te fait des cadeaux pour te faire plaisir. Elle te dit je t’aime parce qu’elle le pense. Elle pardonne toutes tes erreurs, même celle qu’elle ne devrait pas pardonner. Elle garde sous silence les actes que tu poses et qui te coûterait cher. Elle veut seulement ton bonheur, parce que c’est comme ça quand on aime. 

Toi, que fais-tu pour elle? Prends-tu soin d’elle à ton tour? Par amour ou au moins par reconnaissance? Est-ce que tu as déjà dit merci? L’as-tu vraiment pensé? 

Les gens qu’on aiment sont toujours là. Ils donnent sans cesse, sans rien demander. Par contre, je t’assure que quand on abuse des gens qui nous aiment, ils partent. Ils se choisissent. S’aimer soi-même devient important un jour ou l’autre. 

Je te souhaite qu’il ne soit pas trop tard pour poser les yeux sur un autre que sur toi-même. Tu en as besoin.

Je t’ai vu avec elle

Je t’ai vu avec elle. Je t’ai vu la faire rire.

Elle se confiait à toi et tu avais toujours les bons mots, tu savais quoi lui dire parce que tu la connaissais. Quand sa vie allait mal, tu étais là. Tu remontais son moral parfois et tu la conseillais pour ses histoires de cœurs. Tu la voyais tous les jours et tu ne l’avais jamais déçue. Elle avait confiance en toi.

Un matin, elle t’a demandé, si, toi, en tant qu’homme, tu avais la même opinion des femmes que son copain. Tu lui as dit que non, tu lui as expliqué qu’elle méritait plus de respect, que personne ne devait la traiter comme il la traitait, lui.

En rentrant chez elle, enfin certaine de son choix, elle a laissé son copain. Elle méritait d’être heureuse et de se sentir vivante et c’est grâce à toi qu’elle a été convaincue. Elle était reconnaissante de ton aide. Tu lui as dit ce qu’elle avait besoin d’entendre.

Au courant de la semaine suivante, elle t’a écrit souvent. Elle regrettait un peu son choix, elle se sentait seule et misérable. Tu t’es dit que tu allais lui changer les idées en la faisant sortir un peu. Tu savais qu’elle t’aimait bien et qu’elle ne te refuserait rien, alors elle a dit oui.

Après son travail, elle t’a rencontré chez toi et vous avez passé une bonne soirée tous les deux en voiture. Vous avez beaucoup parlé et vous n’aviez jamais eu l’occasion de le faire. Vous étiez vrais. Vous étiez seulement vous-mêmes et c’était différent.

Elle se sentait bien après cette soirée-là, tu l’avais encore aidé. Elle est allée te reconduire et tu lui as offert d’entrer un peu. Après réflexion, elle a dit oui, mais qu’elle ne resterait pas longtemps. Vous êtes allés dans ta chambre. Tu savais qu’elle t’aimait bien et qu’elle ne te refuserait rien, alors tu l’as embrassée. Tu étais confiant.

Tellement que, lorsqu’elle a dit non, tu n’as rien entendu.